Archives de l’auteur

Canadian Beats: Cinq Questions Avec Your Favorite Enemies »

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Entrevues

Peux-tu t’introduire à nos lecteurs ?

Mon nom est Alex Henry Foster. Je suis le chanteur du groupe post-rock Your Favorite Enemies, que j’ai fondé il y a presque 10 ans avec 5 de mes amis de longue date.

Nous sommes situés un peu à l’extérieur de Montréal, où nous avons transformé une ancienne église catholique pour en faire notre QG. Il s’y trouve un studio d’enregistrement professionnel, une salle de répétition, un espace de travail pour nos installations de multimédias et merch, ainsi que les bureaux de notre compagnie de disque. Nous sommes de fervents défenseurs du DIY, et chaque projet que nous créons est basé sur un profond sens des valeurs communautaires et notre implication pour les droits humains.

Dis-nous en plus sur votre musique et votre style d’écriture

Nous avons été décrits comme un mélange de post-rock/psych/noise/prog/alt-shoegaze et certains nous disent les enfants illégitimes de Nick Cave, Mars Volta, Fugazi, Mogwai et Sonic Youth, entre autres.

Pour nous, je crois que nous avons une explication plus simple : nous sommes une unité du genre instinctive et nous ne nous préoccupons pas vraiment des conventions et des formats. Nous faisons ce que nous vivons à travers les moments que nous partageons. Nous sommes plus intéressés par l’honnêteté avec laquelle nous communions ensemble que par ce qui devrait être partagé et comment ça devrait être fait pour que ça sonne cool ou que ça corresponde aux attentes des autres.

Est-ce que vous avez des concerts à venir ? Pour quelqu’un qui vous a déjà vu en concert, comment expliqueriez-vous vos prestations sur scène ?

Nous n’avons pas de concert à venir. Nous partons tous à Tanger pendant quelques mois pour travailler sur notre prochain album.

Mais, pour ceux qui nous ont vu en concert, ils pourraient dire que c’est une sorte d’élévation collective et un lâcher prise commun, que c’est très vivant et rempli d’improvisation et d’instruments échangés, que c’est à propos du moment en tant que tel et que rien n’est forcé. Nous n’avons jamais joué le même « concert » deux fois, et nous ne croyons pas à la reproduction des émotions au nom d’un quelconque divertissement. Quand c’est vrai, tu n’as pas besoin d’essayer d’imiter peu importe ce qui a marché avant… tant que c’est vrai. Pour nous, c’est ce qui importe.

Oh, et tu pourrais quitter la salle en demandant à tes amis s’ils pensent que le chanteur va bien, comme c’était vraiment haut pour sauter de là. Inutile de dire que ça devient de plus en plus difficile de trouver une bonne couverture d’assurance… et de jouer dans des salles avec une équipe médicale adéquate sur le site

Si on te demandait de suggérer seulement une de vos chansons pour que quelqu’un l’entende, laquelle serait-elle ?

« Underneath a Blooming Skylight » sur notre album “Tokyo Sessions”.

Canadian Beats se consacre à la musique canadienne, alors quels sont vos groupes / artistes canadiens préférés du moment ?

Nous avons tous différents favoris, mais en commun, ce serait ces groupes ou artistes : Metz, Neil Young, Godspeed You! Black Emperor, Feist, Preoccupations, Japandroids, Ought et Leonard Cohen.

Congrats to the winners!

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Nouvelles

Félicitations aux 2 gagnants de notre concours !

Franck Michel 🇫🇷 – vinyle test de « Tokyo sessions » avec étiquette jaune
Ayase Mizuta 🇯🇵 – vinyle test de « Tokyo sessions » avec étiquette bleue

Vos vinyles seront bientôt en route ! Gardez l’oeil ouvert !

Concours : Gagnez un vinyle test signé

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Nouvelles

Annoncé dimanche dernier lors du Bla Bla Bla: The Live Show, les membres du groupe offrent un vinyle test de leur plus récente parution; “Tokyo Sessions”. Chaque vinyle est créé individuellement par Ben, faisant de chacun d’entre eux une pièce d’art unique.

Celui avec l’étiquette jaune est offert à tout le monde, alors que celui avec l’étiquette bleue est offert exclusivement aux membres SFCC.

Vous voulez le gagner ? Il vous suffit de commander quelque chose de la nouvelle collection “A Journey Beyond Ourselves” ! La participation se termine le dimanche 23 septembre, 23h59, heure de l’Est (dimanche 24 septembre, 5h59, heure de France).
Les gagnants seront annoncés le dimanche 24 septembre.

Commandez les items

FYI Music Magazine: « Cinq Questions Avec… Alex Foster de Your Favorite Enemies »

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Entrevues

Les rockers de Your Favorite Enemies basés au Québec continuent d’étendre leur déjà impressionnant catalogue avec un nouveau projet massif intitulé A Journey Beyond Ourselves. Conçu entièrement à la maison par les membres du groupe férocement DIY, il inclut un coffret contenant le vinyle double de l’album Tokyo Sessions, ainsi qu’un 45 tours de la chanson inédite « Underneath (As Strangers Falling in Love) », enregistrée live dans leur studio, une église convertie à l’extérieur de Montréal.

En plus de tout ça, il y a un généreux livre incluant des notes personnelles du chanteur Alex Foster, composées d’extraits de son journal de tournée et de poèmes inédits, ainsi que des photos prises pendant leurs tournées partout dans le monde, accompagnées de commentaires de chaque membre du groupe.

A Journey Beyond Ourselves est en fait en voyage à travers les 5 dernières années de Your Favorite Enemies, racontant l’histoire intime de 6 individus derrière un groupe, et ce qu’il s’est passé pendant l’enregistrement des multiples versions de leur précédent album Between Illness and Migration.

Il marque aussi le retour de Foster à une activité à temps plein après plusieurs mois à recharger ses batteries après la période de création précédente qu’il décrit comme drainante, autant physiquement qu’émotionnellement. Pour plus d’infos sur A Journey Beyond Ourselves, allez sur yourfavoriteenemies.com.

A Journey Beyond Ourselves est un projet impressionnant. Combien de temps il a fallu pour mettre tout ensemble, et quels furent les défis ?

Ça nous a pris un peu plus d’un an pour compléter le projet.

En fait, l’idée a d’abord émergé autour de la période où nous sommes revenus du Japon, où nous avions donné un concert qui était une interprétation complètement nouvelle de notre album Between Illness and Migration. Le concert a mené à la création de l’album Tokyo Sessions peu de temps après, et alors que nous nous préparions à passer à notre prochain album, A Journey Beyond Ourselves a brièvement refait surface. Nous étions tous trop occupés à ce moment pour honnêtement considérer travailler sur un projet si colossal, ce qui a été reconsidéré alors que je vivais à Tanger il y a un an.

Je pense que le dilemme de la transparence que nous souhaitions avoir était un plus grand défi que notre volonté collective d’être vraiment honnête. C’est ce qui est devenu une pierre angulaire du projet alors qu’il prenait doucement forme, car il est passé d’une histoire couvrant le concept de l’album Between Illness and Migration, jusqu’aux 5 années de tournée mondiale qui ont suivi. Mais d’une certaine façon, alors que nous ré-ouvrions les cahiers de notes personnels et visitions à nouveau les journaux de tournée personnels, le projet est devenu plus intime et personnel. C’était maintenant un regard profond dans nos relations, les défis associés à la dépression et l’isolement, la réalité éclatante qui vient avec la découverte du monde à travers les yeux de six individus complètement différents tous venant de passés très humbles.

L’histoire de l’album s’est soudainement révélée sous un angle différent, et au lieu d’essayer de la réécrire et former un mythe à bonne allure, nous avons décidé d’y plonger pleinement et de l’utiliser comme une façon de reconnecter les uns avec les autres.

Affronter de là où on vient, qui nous étions, ce que nous avons traversé, et à quel point ça a été incroyablement difficile de sortir de ça vivant a été un plus grand défi que la somme incroyable de temps que nous avons passé dans nos archives ou tous les problèmes techniques auxquels nous avons fait face, créant chaque élément du projet nous-mêmes.

Je crois que c’est la longue réponse… du moins, une partie en quelque sorte !

Pourquoi était-ce important pour vous de vous ouvrir autant ?

Je pense que c’est devenu nécessaire à partir du moment où j’ai admis que j’étais devenu l’ombre de de l’histoire de quelqu’un d’autre, un témoin de ma propre vie, que j’ai grandi loin de tout le monde et que j’étais complètement isolé émotionnellement. J’aurais pu parler de ça à des professionnels ou juste l’ouvrir aux autres, mais écrire a toujours été ma façon de m’exprimer. Alors j’y ai fait face. Et l’honnêteté, plus que la vérité, m’a permis de lâcher prise de façon positive plutôt que d’en faire un drame public d’auto-flagellation. J’étais plutôt réticent au début, mais je savais d’une certaine façon que c’était bien de le faire.

Même si nous sommes un peu plus sensibles à ces problèmes, j’ai réalisé que la dépression et la maladie mentale sont très difficiles à admettre. C’est devenu un tabou, car être « fort » a toujours été la réponse aux questions que pouvait exiger le fait d’être fragile. Enfin, du moins c’est comme ça que je le vois et comment je me permets maintenant d’adresser ces problèmes. L’histoire personnelle de Matthew Good a sonné une cloche pour moi il y a quelques années… Ça a brisé le cycle de l’isolement d’une certaine façon.

Comment décrirais-tu ce qui a fait du groupe une unité étroitement liée, autant en tant qu’amis qu’en tant que musiciens ?

Je dirais que nous avons appris à accepter nos différences – et Dieu sait à quel point nous sommes différents ! Alors plutôt que de nourrir les compromis nécessaires du groupe, nous essayons de continuer de définir et redéfinir la nature de notre langage commun. Nous avons reconnu le fait que nous combattons tous nos démons et ombres, et nous avons appris à nous recevoir pour qui nous sommes plutôt que d’essayer de plaire aux autres dans une perspective d’auto-préservation.

C’est difficile de définir pourquoi, mais nous nous sommes trouvés, et nous avons trouvé notre but. Le reste est un choix. Nous avons appris au fil des années que les projets, aussi frais et vivifiants puissent-ils être, ne sont pas des substituts au temps que nous investissons dans les autres, pas plus qu’ils ne peuvent vraiment couvrir les problèmes pour toujours. Toutes les devises et pensées philosophiques dont nous devons nous souvenir, parfois plus que d’autres !

Que peux-tu dire sur les nouveaux projets musicaux sur lesquels vous travaillez ?

Nous travaillons sur différents projets musicaux. Sef, Ben et moi-même sommes présentement en train de finaliser un projet de bande-son qui devrait sortir l’année prochaine. J’ai un album en français Spoken Word / noise / expérimental à venir aussi. Et j’emmène le cirque YFE au complet à Tanger à la fin du mois pour commencer à travailler sur notre prochain album dans un studio d’enregistrement que j’ai établi au coeur de la ville… Disons simplement qu’il y a beaucoup de sons dans nos vies en ce moment !

Quels sont tes plus beaux souvenirs musicaux pendant ton enfance ?

Je crois que ça serait le débat passionné et les combats autour de la légitimité du rock’n’roll. Entre l’amour de ma mère pour Elvis et l’allégeance de mon père à Creedence Clearwater Revival, les féroces conversations ont mené à ma première compréhension d’un homme qui doit dormir sur le canapé pour peu importe quelle raison ! En tous cas, ils ont fini par trouver un terrain d’entente en étant sur la même page pour ce qui est de leur totale aversion envers ma passion pour Ministry, Skinny Puppy et The Cure. Je sais, je n’ai jamais compris pourquoi non plus. Peut-être que ça a quelque chose à voir avec les cheveux… Je ne sais pas. Cherche à comprendre !

Merci pour ce moment partagé !

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Nouvelles

Nous voulons prendre le temps de remercier tous ceux qui ont assisté au “Bla Bla Bla: The Live Show” un peu plus tôt aujourd’hui ! C’était vraiment génial d’être avec vous une fois de plus alors que nous commençons un nouveau chapitre de notre histoire commune !

Si vous avez manqué la diffusion en direct du Bla Bla Bla, la rediffusion est toujours disponible sur la page Facebook du groupe !

Regardez la rediffusion

On se voit demain !

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Nouvelles

Le “Bla Bla Bla: The Live Show” est de retour avec une édition renouvelée demain à 9h, heure de l’Est (15h, heure de France), pour l’édition anglaise, et à 12h, heure de l’Est (18h, heure de France) pour l’édition francophone ! Les membres du groupe parleront de tout ce qui est à venir pour eux. Et de dire qu’il y a déjà beaucoup de projets en cours est un euphémisme ! Qui sait, vous aurez peut-être même la chance d’écouter de la nouvelle musique… 🙂

Soyez là demain, à 9h, heure de l’Est (15h, heure de France), pour l’édition anglaise, et à 12h, heure de l’Est (18h, heure de France) pour l’édition francophone, en direct sur Facebook. Vous pouvez aussi sélectionner l’option pour recevoir un rappel et être averti quelques minutes avant que la diffusion en direct commence !

Cliquez pour recevoir une notification

Recevez un rappel pour notre prochain Facebook Live

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Nouvelles

Your Favorite Enemies sera de retour via Facebook Live avec la populaire émission “Bla Bla Bla: The Live Show” le dimanche 17 septembre à 9h, heure de l’Est (15h, heure de France), pour l’édition anglaise, et à 12h, heure de l’Est (18h, heure de France) pour l’édition francophone ! Des nouvelles et des détails sur ce qui est à venir pour le groupe seront révélés !

Ne manquez surtout pas ce moment et recevez un rappel tout de suite ! Vous serez avertis par Facebook quelques minutes avant que la diffusion en direct commence !

Recevez un rappel

Le livre « A Story About Between Illness and Migration » est épuisé !

Written by Your Favorite Enemies. Posted in Nouvelles

C’était notre tout premier livre. Au début, le projet était censé ne contenir que 6 pages et accompagner le coffret collector deluxe « A Journey Beyond Ourselves ». Mais il a évolué en quelque chose que nous n’aurions pas du tout imaginé en premier lieu. En cours de route, il est devenu une entité en tant que telle, rempli de vie, de souvenirs doux-amers, d’événements déchirants, de soupirs silencieux, de rires extatiques… La fin ouverte au chaos que fut « Between Illness and Migration » pour Your Favorite Enemies.